Nous contacter

Comment devenir propriétaire ?

L’accès au statut de propriétaire est un rêve pour un nombre conséquent de Français. Il représente un gage de sécurité et de fierté qui offre un lot d’avantages. Parmi eux, la constitution d’un patrimoine, l’absence de loyer ou encore la liberté de pouvoir modifier son logement à sa guise. L’acquisition d’un bien immobilier est l’aboutissement d’un projet inscrit dans le long terme dont la réussite a nécessité une préparation méticuleuse et précise. Si être en CDI est conseillé pour obtenir un prêt de la part de la banque, il est également possible de devenir propriétaire tout en étant intérimaire ou en CDD. Le Groupe Edouard Denis vous explique tout dans cet article.

Quel projet immobilier ?

Avant tout, il est crucial de bien poser le cadre de votre projet immobilier afin d’en avoir une vision plus claire. La première question à vous poser est capitale : suis-je prêt et mon projet est-il cohérent ? En effet, la procédure d’achat d’un logement constitue une étape importante au cours d’une existence.


Pour ce faire, il est nécessaire de prendre en compte vos circonstances personnelles (situation économique, professionnelle et familiale). Il faut également être en mesure de se décider concernant le type de bien recherché (maison ou appartement) et son état (neuf ou ancien).


C’est grâce à ce cadre qu’il est possible de se pencher sur des éléments plus précis par la suite. Il est notamment courant de lister un certain nombre de critères non négociables sur lesquels baser votre recherche. Le but est de solidifier votre vision de l’avenir et de projeter une image stable auprès des personnes qui vous accompagneront tout au long du projet (vos proches, l’agence ou le promoteur immobilier, par exemple).

Pour quel budget ?

Afin de devenir propriétaire, il est indispensable de disposer d’un financement. Avant de prendre contact avec une banque, il vous faudra d’abord connaître avec précision le montant de vos ressources, disponibles ou potentielles, et donc le budget que vous pourrez allouer à votre projet immobilier. Soyez certain de votre capacité de remboursement en cas d’emprunt (ou de votre taux d’endettement), mais aussi de votre santé bancaire et du montant envisageable pour votre apport personnel.


Pour faciliter la procédure d’achat d’un logement, des aides sont disponibles en fonction de votre profil. Si vous êtes primo-accédant, par exemple, vous pourrez bénéficier d’un certain nombre de subventions qui vous sont réservées.


Parmi les aides auxquelles tous les futurs acheteurs peuvent prétendre pour financer leur achat figure notamment le prêt à taux zéro (PTZ). Ce type de prêt permet, comme son nom l’indique, de bénéficier d’un taux d’intérêt nul.


Pour les employés travaillant dans le domaine privé au sein d’une entreprise qui compte plus de dix salariés, il est possible de procéder à la demande d’un prêt action logement auprès de la collectivité locale concernée.


Enfin, pour les personnes dont les revenus sont considérés comme modestes, une alternative existe : le prêt à l’accession sociale (PAS).

Quelles possibilités sans apports personnels ?

Si vous ne disposez pas de ressources suffisantes pour avancer tout ou partie du montant nécessaire à l’achat de votre bien immobilier, il est tout de même possible de devenir propriétaire. Il vous faudra, pour cela, réussir à convaincre votre organisme bancaire de vous accorder un prêt qui couvrira intégralement le coût de votre acquisition.


Cependant, les banques étant généralement réticentes à attribuer un crédit dans ces circonstances, vous devrez appuyer votre demande sur plusieurs éléments pour maximiser vos chances :


  • La profession que vous exercez et, par extension, le salaire que vous touchez ;
  • Votre capacité à épargner ;
  • Votre niveau d’endettement (le plus bas possible, voire inexistant) ;
  • Une situation familiale stable ;
  • La présence d’une caution.


Si, malgré tous les efforts mis en œuvre, votre dossier n’offre pas suffisamment de garanties pour permettre un crédit immobilier, il faudra alors miser sur d’autres solutions évoquées précédemment (PTZ, PAS et prêt action logement). Vous emprunterez alors auprès des pouvoirs publics et non plus d’une banque.


Si vous avez besoin d’informations complémentaires sur cette question, tous les renseignements sur les aides existantes et leurs modalités sont disponibles en ligne.

Des chances sans CDI ?

Afin de réduire au maximum les risques d’impayés, les établissements bancaires évitent de prêter de l’argent aux personnes ne pouvant justifier d’un contrat de travail à durée indéterminée. Mais cet obstacle n’est pour autant pas insurmontable. Il existe en effet plusieurs moyens pour faire valoir votre dossier malgré cet état de fait.


Si vous avez signé un contrat à durée déterminée dans le secteur public, les banques traiteront votre dossier de la même manière que celui d’un fonctionnaire titulaire.


Les salariés en CDD dans le secteur privé ont tout intérêt à ce que la durée de leur contrat soit la plus longue possible (trois ans étant la meilleure option). En effet, cela permet à la banque démarchée de disposer d’une certaine perspective dans le futur.


Pour les travailleurs indépendants (commerçants, artisans et chefs d’entreprise entre autres), tâchez de faire valoir en priorité les bilans annuels relevant des trois dernières années pour convaincre une banque.


Si vous ne bénéficiez d’aucun revenu, il faudra faire appel à une tierce personne qui devra se porter garante. Sans cela, il sera extrêmement compliqué de mener à bien votre demande de prêt.