Nous contacter

Comment financer son projet immobilier neuf ?

Le financement est un élément crucial pour les ménages souhaitant accéder à la propriété à travers l’acquisition d’un bien immobilier neuf. Peu nombreux sont ceux qui sont en mesure d’effectuer un achat comptant grâce à un apport personnel suffisant. C’est pourquoi il existe des solutions financières qui vous aideront à rassembler la somme nécessaire. En fonction de plusieurs critères, vous pourrez prétendre à des subventions ou prêts adaptés à votre situation qui vous permettront de vous lancer dans votre projet. Vous trouverez toutes les réponses à vos questions dans cet article complet où le Groupe Edouard Denis vous fait part de toute son expertise dans l’immobilier neuf.

Quel est le montant de mon apport personnel ?

L’apport personnel désigne la somme d’argent qu’il vous est possible de mobiliser au cours du processus d’achat d’un bien immobilier. Elle peut être issue de différentes sources :


  • D’une épargne nourrie au fil des années (la source d’apport la plus courante) ;
  • De la vente d’un ancien bien acquis ;
  • D’un héritage ;
  • D’une donation.


De manière générale, disposer d’une somme plus ou moins conséquente, préalablement épargnée au fil des ans, est un réel avantage dans une recherche de financement. En effet, les banques apprécient et valorisent la capacité de gestion requise pour faire grandir ses économies. Idéalement, dans le cadre d’un projet immobilier, un apport personnel doit représenter au moins 10 % de la somme d’achat du bien.


Le montant de votre apport personnel sera l’indicateur principal qui permettra de connaître l’ampleur de l’emprunt nécessaire. Pour bénéficier d’une évaluation claire et précise, rien ne vaut un rendez-vous avec votre conseiller bancaire.

Quelle est ma capacité d’emprunt ?

La capacité d’emprunt est le second paramètre capital qui détermine la somme du prêt. Aussi appelée capacité d’endettement, elle est calculée à partir de deux éléments :


  • Les revenus du ménage ;
  • Les frais fixes du ménage (impôts, assurances, crédit, factures d’énergie…).


En règle générale, il est déconseillé de dépasser le seuil des 33 % pour le taux d’endettement. Cet indicateur est utilisé pour déterminer les mensualités adaptées au remboursement de l’emprunt.


Une fois les mensualités définies, vous disposez d’un « reste à vivre », une somme permettant de régler les dépenses courantes. Dans le cas où ce reste à vivre atteint un montant élevé, votre demande de prêt aura davantage de chances d’aboutir, car le taux d’endettement aura forcément moins d’impact sur votre quotidien.

Quelles aides ai-je à ma disposition ?

Au moment d’acheter un bien immobilier neuf, il vous est possible de bénéficier, en fonction de votre profil et du montant de vos ressources, d’aides afin de faciliter votre accès à la propriété. Voici les principales solutions à étudier :


  • Le prêt à taux zéro (PTZ) est un emprunt aidé par l’État permettant de couvrir une partie de votre projet, mais qui n’a pas vocation à le financer intégralement ;
  • Le prêt à l’accession sociale (PAS) est un moyen de financement destiné aux ménages les plus modestes souscrit auprès d’établissements ayant passé une convention avec l’État ;
  • Le prêt Action Logement est un financement à disposition des employés du secteur privé.


Il est donc important de rappeler que les banques ne constituent pas les seules sources de financement et que l’État a mis en place des dispositifs parfois plus adaptés selon les profils. Pour en savoir plus, il est à tout moment possible d’effectuer des simulations en ligne gratuitement.

Quelles sont les formes de prêt existantes  ?

Afin d’être en mesure de démarcher les banques et, par la suite, d’évaluer leurs offres, il est nécessaire de connaître avec précision les types de prêts immobiliers disponibles.


Le premier, qui est aussi le plus courant, est le prêt amortissable. Ce type d’emprunt permet un remboursement simultané du capital et des intérêts étalé dans le temps à travers des mensualités.


Le prêt in fine, quant à lui, se caractérise par un remboursement des intérêts tout au long de la durée du prêt. L’emprunteur devra ensuite rembourser l’intégralité du capital lors de l’ultime mensualité.


Enfin, le prêt relais est une exception, car il concerne uniquement les acquéreurs possédant déjà un autre bien : il aide à acheter avant d’avoir vendu.


Face à ces différentes offres de prêt, il vous faut choisir selon les critères suivants :


  • Le montant des intérêts ;
  • Le montant de l’assurance ;
  • Le montant total du crédit ;
  • Les frais de dossier ;
  • Les frais de garantie ;
  • Les commissions potentielles.

Que se passe-t-il une fois le prêt obtenu ?

Une fois l’obtention du prêt actée, il suffit, dans la majorité des cas, de régler les mensualités à la banque. Dans le cas d’un logement acheté en VEFA, il s’agit de respecter l’échéancier afin d’éviter des pénalités dues à d’éventuels retards de paiement.


Dernier point de rappel utile : il est possible de moduler les mensualités de votre emprunt dans le futur afin de l’adapter à votre situation si elle connaît des évolutions. Pour cela, il faudra s’informer en détail sur les conditions en vigueur fixées par la banque qui vous a accordé votre prêt.