Nous contacter

Les normes phoniques des logements / NRA

La nouvelle réglementation acoustique, généralement désignée par son acronyme NRA, concerne les logements neufs dont le permis de construire a été délivré après le mois de janvier 2020. Cette réglementation fixe certaines exigences minimales en termes de confort acoustique, afin de ne pas gêner les voisins ou tout autre tiers. La nouvelle réglementation acoustique est donc destinée à réduire au maximum les nuisances sonores à l’intérieur d’un bien immobilier, maison ou appartement. Elle oblige à un résultat in situ, c’est-à-dire une fois que le logement est entièrement construit. Les restrictions ne s’appliquent ainsi pas aux matériaux utilisés pour la construction.

Quelles sont les exigences acoustiques dans tous les types de bâtiments d’habitation ?

La nouvelle réglementation acoustique fixe des objectifs qui sont exprimés en décibels, ou dB. Ces décibels concernent donc tous les bruits extérieurs comme les infrastructures de transports, mais aussi les bruits générés qui pourraient être désagréables pour les habitants des bâtiments existants.

Il faut prendre en compte trois principaux paramètres pour déterminer le confort acoustique d’un logement : le niveau sonore de l’environnement, la qualité acoustique du bâtiment et la sensibilité au bruit de son occupant.

Ce dernier paramètre est très personnel, et c’est à l’occupant en question de le prendre en compte quand il visite un bien immobilier (en fonction des zones, faire attention aux bruits aériens par exemple).

Quant à la qualité acoustique de la construction, elle permet de réduire les bruits qui se produisent à l’intérieur comme dans l’espace extérieur du bâtiment d’habitation. Ce sont les matériaux utilisés ainsi que la conception du logement qui agissent sur ses performances acoustiques. Les bruits à l'extérieurs concernent généralement les transports terrestres. 

Que vous habitiez dans un logement collectif, individuel groupé ou dans une maison individuelle, les exigences que doivent respecter tous les permis de construire déposés après le 1er janvier 2020 sont un isolement acoustique aux bruits extérieurs supérieurs à 30 dB (bruits aériens), un isolement acoustique aux bruits intérieurs supérieurs à 53, 55 ou 58 dB et des bruits d’impact inférieurs à 58 dB.

Pour effectuer au mieux ses exigences, un guide avec les réglementations et les caractéristiques a respecter à été rédigé pour les professionnels. De même, un document sur les solutions a été fait. 

Quelles sont les exigences de la nouvelle réglementation en termes d’isolation acoustique ?

La nouvelle réglementation acoustique requiert différents niveaux d’isolement aux bruits. Par exemple, l’isolation acoustique entre deux logements doit atteindre une valeur minimum de 53 dB afin de protéger les voisins des bruits de voix ou de la télévision.

Les bruits de talons sur le sol ou les bruits de chocs ne doivent pas dépasser 58 dB. Quant au bruit des équipements électroménagers, comme la machine à laver, il doit être particulièrement limité dans les cuisines et les pièces principales des voisins.

L’isolation acoustique du logement doit également être conçue pour que les bruits extérieurs n’excèdent pas 30 dB à l’intérieur de l’appartement ou de la maison.

La nouvelle réglementation pour l’isolation acoustique des habitations prévoit aussi de diminuer le niveau sonore dans les parties communes par l’utilisation de revêtements absorbants.

La NRA indique-t-elle une réglementation acoustique entre deux pièces d’un même logement ?

La nouvelle réglementation acoustique ne propose aucune norme concernant l’isolement acoustique entre deux pièces d’une même maison ou d’un même appartement. En effet, cette NRA réglemente uniquement les bruits entre les murs de deux logements distincts.

Si vous souhaitez faire construire une maison individuelle ou si vous optez pour l’achat d’un appartement en VEFA, ce sera donc à vous de choisir les meilleures mesures acoustiques pour isoler les pièces les unes des autres. Il est important d’y penser dès l’élaboration du plan, pour pouvoir optimiser au maximum l’agencement de l’habitation vis-à-vis des bruits, mais également en termes d’isolation thermique. Par exemple, vous pouvez isoler l’espace nuit de l’espace de vie avec des cloisons adaptées, ou encore placer des parois isolantes efficaces entre les chambres et les salles d’eau. Une bonne exposition de votre bâtiment vous permettra de réduire votre dépense de chauffage. Pensez aussi aux portes et privilégiez des modèles bien insonorisés. Il existe d’ailleurs des portes acoustiques, ou isophoniques, qui permettent de réduire de 30 % le niveau de bruit. Elles intègrent un joint et une plinthe réglable au niveau du bas de porte.

N’oubliez pas qu’il existe des aides financières pour améliorer l’isolation thermique et acoustique des bâtiments. La réglementation thermique inclut d’ailleurs également plusieurs normes.

L’attestation de prise en compte de la NRA est-elle obligatoire ?

L’arrêté du 27 novembre 2012 (RT2012), qui concerne « l’attestation de prise en compte de la réglementation acoustique applicable en France métropolitaine aux bâtiments d’habitation neufs », indique que les maîtres d’ouvrage des bâtiments d’habitation neufs collectifs dont le permis de construire a été déposé après le 1er janvier 2013 doivent fournir une attestation de prise en compte de la réglementation acoustique. C’est lors de l’achèvement des travaux qu’ils ont l'obligation de donner cette attestation aux services qui ont délivré le permis de construire.

S’il s’agit d’une opération mixte, qui mêle des logements collectifs et des maisons individuelles, la nouvelle réglementation acoustique requiert aussi un certain nombre de mesures acoustiques, les mêmes que celles qui seraient exigées pour des logements collectifs de surface équivalente.

Une fois que l’acheteur réceptionne son bien neuf, il dispose d’un délai d’un an pour relever des éventuels défauts acoustiques. S’il y en a, ces défauts seront pris en charge par la garantie de parfait achèvement et il y aura une rénovation. Cette garantie couvre en effet tous les dommages qui ne permettent pas au bien immobilier d’être conforme au contrat qui avait été signé.